Bienvenue sur le site du réseau de chaleur de
Clermont-Ferrand
Accueil  > Votre réseau de chaleur  > La chaufferie centrale
 

La chaufferie centrale

 

Notre centrale produit de l’eau chaude destinée à couvrir les besoins du réseau de chaleur. Le choix qui a été fait pour votre réseau est de prendre de l’eau chaude (110° C max.) afin de diminuer les pertes d’énergie. En effet, la distance entre la chaufferie et le point le plus éloigné au niveau du quartier des Vergnes est à l’heure actuelle du projet de 4,5 km et d’après nos études, la perte de température sera comprise entre deux et trois degrés, en fonction des conditions climatiques. Ces déperditions n’auront aucune incidence sur la fourniture.  Ainsi tous les abonnés pourront bénéficier d’une température nécessaire à leurs besoins et cela quelle que soit leur localisation sur le réseau.

 

 

Simplicité

Le chauffage urbain suit le principe de la fourniture d’eau ou d’électricité : vous n’avez plus besoin de gérer l’entretien et l’approvisionnement de votre chaudière. Votre seul souci est de choisir la température intérieure de votre logement.

 

Confort

Ce système a un fonctionnement fiable : d’une part grâce à la simplicité technique (conception bien plus simple qu’une chaudière), et d’autre part grâceà la disponibilité de la société ECLA (astreinte 24h/24, 7j/7).

L’absence de combustion au sein des bâtiments (combustion à la chaufferie collective) permet d’obtenir une meilleure qualité de l’air et plus de sécurité tout en supprimant les odeurs et les nuisances sonores.

 

Ecologie

Ce système de production de chaleur s’inscrit totalement dans la logique du développement durable. En effet 80% de la chaleur produite est issue de la combustion du bois, qui est une énergie totalement renouvelable, ce qui permet d’éviter le rejet de plus de 230 000 tonnes de CO2 sur la durée du contrat.

 

Economie

Etre relié au réseau de chaleur de la ville de Clermont-Ferrand permet d’économiser en moyenne 10% sur ses dépenses de chaleur annuelles. En  effet, les prix du chauffage par réseau de chaleur bois sont beaucoup plus stables que ceux du chauffage au gaz et au fioul. D’autre part, les frais d’entretien des installations sont à la charge d’ECLA. Enfin, l’exploitation, la maintenance et l’approvisionnement d’un tel réseau sont synonymes de créations d’emplois.

 

Si vous êtes propriétaire : en vous raccordant, votre logement bénéficie d’une plus value de part l’amélioration de ces étiquettes énergétiques et climat. En cas de remplacement, le renouvellement de votre système de chauffage est inclut dans le prix.

 

Dans le cadre d’une construction : le coût des investissements est moins élevé

 

Le tracé du réseau

Le tracé du réseau de chaleur peut être soumis à modification, il peut donc être étendu en fonction des différentes demandes. Le tracé définitif sera présenté ultérieurement

   

Dimensionnement de la chaufferie et utilisation des énergies

La chaufferie est dimensionnée pour permettre l’évolution future du réseau. Ecla s’est engagé sur un développement du réseau de près de 50% pour alimenter 5 600 équivalent logements vers 2013 contre 4 000 aujourd’hui.

La chaufferie comportera 2 chaudières bois de 4,5 et 8 MW, permettant de couvrir 80% des besoins en énergie, ainsi que 2 chaudières mixtes gaz et fioul domestique de 15 MW chacune, pour assurer l’appoint.

Ces 2 chaudières pourront également couvrir la totalité des besoins, même en cas d’indisponibilité des deux chaudières bois par grand froid.

 

Moins d’entretien pour les abonnés (offices HLM, syndics d’immeubles, collectivités locales…)

L’ensemble des installations est conçu pour une durée de vie de plus de trente ans sans baisse de rendement. L’exploitation de la chaufferie, du réseau et de la partie « primaire » des sous-stations relève de la responsabilité du délégataire. Ce dernier est disponible 24h/24 et 7j/7 en vertu du contrat d’abonnement.
L’abonné n’a pas de chaudière ni de cheminée, il lui reste à gérer le système de distribution interne du chauffage et de l’eau chaude sanitaire du bâtiment (contrat secondaire).

 

Peu d’encombrement et plus de sécurité

Dans le cadre du chauffage urbain, la chaleur est acheminée  jusqu’aux sous-stations (points de livraison) par l’intermédiaire d’un réseau de canalisations soumis à la réglementation d’un organisme de contrôle régional (la DRIRE : Direction Régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement).

Le raccordement au réseau nécessite uniquement la création d’un local de livraison par immeuble ou groupe d’immeubles. Ce poste demande un minimum de place par rapport à une chaufferie locale collective de puissance équivalente, car il ne nécessite ni cheminée, ni chaudière, ni stockage de combustible dans les immeubles. Les risques liés à la combustion sont également évités.
Au sein des logements, la fourniture de chaleur s’effectue par l’intermédiaire de radiateurs ou panneaux de sol.

 

Le chauffage urbain a un impact positif sur l’environnement

La taille et la gestion industrielle des installations permettent d’obtenir de meilleurs rendements de combustion et de plus faibles rejets que la plupart des installations classiques de chauffage. De plus, les réseaux de chauffage urbain sont des installations soumises à des réglementations très strictes et leurs rejets (poussières, CO2, NOx, SOx, métaux lourds …) font l’objet de contrôles continus.

La plupart des réseaux sont multi énergies et utilisent les énergies renouvelables  (biomasse, géothermie …) et les énergies de récupération.